TEL : 04 66 00 00 00 Contact@monsite.com

Comment ajuster ses stratégies d’accompagnement ?

Que peut désigner le terme accompagnement ? Mot que certains considèrent comme synonyme, sans doute à tort, de signe faiblesse. Déplaisant pour certains, vague pour d’autres. Qu’en est-il au juste ?

Certes, il apparait qu’il est difficile de cerner ce mot, et donc de s’accorder sur une seule définition en raison de la diversité des intervenants dépendant d’organismes différents. Et chacun s’approprie son usage par des pratiques qui lui sont propres, et où chacun défend une conception tout à fait spécifique de cette notion.

Pour certains, l’accompagnement consiste à rencontrer de façon assidue un porteur de projet de création d’entreprise dans le but de le guider, de le chaperonner et d’évaluer au fil des rencontres, la progression de ce projet et ce, jusqu’à l’implémentation finale, c’est-à-dire la création de l’entreprise.

Pour d’autres, l’accompagnement est une méthode qui cherche à piloter, informer et assister un futur créateur dans l’installation de son projet en le conseillant, en le formant et en l’intégrant dans les réseaux appropriés de la création, afin que ce projet puisse voir le jour et s’implanter parfaitement.

De fait, plusieurs objectifs peuvent être inhérents à l’accompagnement. Ainsi on peut dire que l’accompagnement consiste à :

  • Procurer une réponse rapide et de voisinage aux porteurs de projet ;
  • Aider les acteurs à s’initier à la méthodologie de la création et, leur permettre, éventuellement, de poursuivre une formation ;

– Revaloriser l’approche entrepreneuriale des créateurs, quand bien-même elle ne serait pas concluante et resterait inachevée, et préparer, éventuellement, ces intervenants à quitter la sphère sociale pour rejoindre la sphère économique, ce que certains désigneraient par « désencastrement de l’entrepreneur » terme emprunté à François-Noyer, Philippart, 2004, p. 13 ;

  • Faire en sorte qu’une évaluation des aptitudes des porteurs de projet et de leur projet soit exécutée aussi bien par les acteurs mêmes que par les accompagnateurs ;
  • Encourager l’autonomie des créateurs, autrement dit des futurs chefs d’entreprise.

L’accompagnement en création d’entreprise.

Quel rôle jouerait l’accompagnateur dans le champ de la création d’entreprise ? Quelques ouvrages ont essayé expliquer la notion d’accompagnement et de rendre claire la fonction des accompagnateurs. D’en faire un portrait.

Pour certains chercheurs tels que B. Granger, l’accompagnateur n’est ni l’administrateur de l’entreprise, ni à plus forte raison le Co-créateur ou celui qui supplante l’expert-comptable ou le conseiller juridique et il n’est pas non plus un expert technique. Pour être plus précis et plus pragmatique, on pourrait dire que le rapport entre l’accompagnateur et le créateur d’entreprise est loin d’être un rapport hiérarchique, de type « supérieur/subordonné. »

En revanche, l’accompagnateur doit épauler le créateur d’entreprise, le familiariser à exercer son nouveau job de chef d’entreprise. L’accompagnateur aura aussi la tâche d’aider le créateur à résoudre certaines difficultés qui pourraient entraver sa progression et de lui apprendre à prendre de recul, à essayer d’être plus objectif face à des situations critiques. Autrement dit apprendre à être un vrai chef d’entreprise.

Par ailleurs, et ce que Granger souligne, l’accompagnateur doit être assez ouvert à toute sorte d’innovations, pour conscientiser le créateur d’entreprise à ses besoins dans différents domaines de la gestion et du management.

Pour d’autres structures comme l’Agence pour la création d’entreprise (APCE), l’accompagnement, afin qu’il soit avantageux, fructueux devrait grouper les éléments suivants :

  • La durée, qui pourrait s’étaler sur plusieurs mois, voire sur plusieurs années ;
  • La fréquence des relations, l’unicité de la structure d’accompagnement, ce qui pourrait favoriser une certaine complicité et conforterait cette relation de confiance avec un conseiller en particulier ;
  • La prise en considération de la disparité des complications que le créateur d’entreprise peut rencontrer.

En résumé, on pourrait avancer que si l’accompagnement est un ingrédient incontournable de succès dans le domaine des projets entrepreneuriaux, encore faut-il qu’il soit lui aussi innovant et ouvert à plusieurs perspectives, être lui aussi très « hétérogène. » et accepter les divergences.